RE-DO, DO NOT REPEAT est la cinquième édition du partenariat entre les étudiants du Master II professionnel « L’art contemporain et son exposition » de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), réunis cette année sous le collectif Tridécagone, et des étudiants de quatrième et cinquième année du Pavillon Bosio, École Supérieure d’Arts Plastiques de la Ville de Monaco.

À travers une sélection de quatorze œuvres issues des Fonds Régionaux d’Art Contemporain midi-Pyrénées, Aquitaine et Lorraine, et du site Do it — projet d’exposition en ligne imaginé par Hans-Ulrich Obrist en 1993 —, les étudiants commissaires et scénographes proposent d’étudier la nature des œuvres dites protocolaires, dont l’existence trouve sa complexité et sa richesse dans l’ambiguïté de son rapport au temps et à son (im)matérialité.

Placée sous le signe de l’innovation et de l’expérimentation, l’exposition est l’occasion de participer à l’activation, la désactivation et la réactivation de ces œuvres protocolaires. Pendant le temps du workshop, à la manière d’un work in progress,

RE-DO, DO NOT REPEAT
invite tant les étudiants que le public à se faire agents des processus de réactivation. Les visiteurs, particulièrement sollicités, appréhendent ainsi de manière sensible et directe la singularité temporelle des œuvres présentées. Celles-ci peuvent n’évoquer que la trace d’un instant, à la façon d’un cliché photographique, être réactivées — ou présentifiées — par la parole seule sans être matérialisées, être évolutives dans leur forme ou au contraire aspirer à une fraîcheur éternelle. Véritable laboratoire, l’espace de la salle du Quai Antoine 1er propose en ce sens un dialogue privilégié entre les différents acteurs de l’espace et les œuvres elles-mêmes.

Comme la performance résiste à une forme muséale figée, surjouer les codes de la scénographie comme celui du plan de la visite nous permet de déjouer cette antinomie. Notre approche scénographique est une manière de faire entrer le spectateur dans un jeu physique et mental. Chaque parcours proposé regroupe et crée des liens parmi une sélection d’œuvres selon un critère (temporalité, matériologie, poids…) Ces supports sont donc des éléments qui offrent de multiples lectures des œuvres et de l’espace d’exposition.

En écho au titre : RE-DO, DO NOT REPEAT, la visite de l’exposition se répète sans jamais se ressembler.

RE-DO, DO NOT REPEAT a été ouverte au public le 6 février 2015 de 14h à 21h dans la salle d’exposition située au 4 quai Antoine 1er, près du port de Monaco. Ce projet fut porté par les enseignants Guillaume le Gall, maître de conférence à la Sorbonne, Renaud Layrac et Mathilde Roman, tous deux professeurs à l’École Supérieure d’Arts Plastiques de la Ville de Monaco.
Projet mené en partenariat avec la collection du FRAC Aquitaine, la collection du FRAC Lorraine et la collection du FRAC Midi-Pyrénées.


Liste des œuvres exposées

Ignasi Aballi, Pols, 1995, poussière sur verre, latex, collection FRAC Lorraine.

Yury Albert, Pierre dans la chaussure, 2007, performance, propriété de l’artiste.

Nina Beier et Maire Lund, L’empreinte, 2009, performance orale et cartel, durée variable, collection FRAC Lorraine.

Jérémy Bennequin, Ommage, 2010, collection de l’artiste.

Michel Blazy, Bouquet de spaghetti, méduses, 1999, œuvre en trois dimensions, installation au sol. Mode d’emploi, ingrédients : spaghettis, sacs en plastique bleus, eau, CD-rom documentaire, collection FRAC

Elmgreen and Dragset, Diner for two, 2002, performance et installation, table, nappe, assiettes, Do It.

Lee Lozano, Throwing up piece, 1969, performance et installation, magazines, Do It.

Anna Maria Maiolino, Entrevidas, 1981, installation performative. Œufs, sol. Dimensions variables, collection FRAC Lorraine.

Joachim Mogarra, Bouquet perpétuel, 1988, fleurs coupées, vase, eau, présentoir, collection FRAC Aquitaine.

Roman Ondak, Untitled, performance participative, Do It.

Lygia Pape, Good Blood, 2002, performance participative, glaçons, encre rouge, Do It.

Amalia Pica, Throw the party, 2012, installation, confettis, verres, bouteilles, Do It.

Tobias Rehberger, Untitled, sculpture textile, Do It.

Ian Wilson, Chalk circle on the floor, 1968, sculpture éphémère, cercle de 183 cm de diamètre tracé à la craie sur un sol, collection FRAC Lorraine.

IMG_3310+ IMG_3315+ IMG_3334+ IMG_3367+ IMG_3383 IMG_3395+ IMG_3351+ IMG_3398+IMG_3373+

Publicités